Le clan des Otoris, Lian Hearn

51jc2yaw89l

 

Pour la petite histoire, j’ai commencé à lire le premier tome de cette série, Le chant du rossignol lorsque j’avais 16 ans et dans la foulée j’ai dévoré les trois autres tomes.

Je me souviens être en cours et penser avec délice au soir, à ce moment ou je pourrai me replonger dans le roman. Depuis, je relis régulièrement cette saga japonaise.

Un vrai coup de cœur donc : on est transporté dans un autre monde, on voyage dans un japon médiéval fantastique entre épopée, amour et magie. Plusieurs clans s’affrontent pour le pouvoir. Les relations d’amours sont compliqués et meurtrières. L’auteur construit un univers particulier et retranscrit avec talent l’atmosphère japonaise tout en l’imprégnant de magie.

Au XIVe siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit au sein d’une communauté paisible qui condamne la violence, mais elle est massacrée par les hommes d’Iida, chef du clan des Tohan. Takeo, sauvé par sire Shigeru, du Clan des Otori, se trouve plongé au cœur de luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Il doit suivre son destin. Mais qui est-il ? Paysan, seigneur ou assassin ? D’où tient-il ses dons prodigieux ? Lorsqu’il rencontre la belle Kaede, un amour fou naît entre les deux jeunes gens : devra-t-il choisir entre cet amour, sa dévotion à sire Shigeru et son désir de vengeance ? Sa quête le mènera jusqu’à la forteresse d’Inuyama, lorsqu’il marchera sur le  » parquet du Rossignol « . Cette nuit-là, le rossignol chantera-t-il ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s